Budapest Voyage - Budapest portail des voyageurs français 

L'avenue Andrássy à Budapest (Andrássy út)


Découvrir Budapest Pest

C'est dans les années 1870 que commencèrent les travaux d'aménagement de l'actuelle avenue Andrássy. A l'époque, c'est le Pest d'autrefois, l'ancêtre de l'actuelle Cité, qui s'étendait sur la rive gauche du Danube, et il y avait à l'extérieur de la ville, à quelques kilomètres de sa sortie, une forêt qui servait de réserve de chasse, ainsi qu'un hippodrome. Et étant donné qu'il était impossible de faire sortir de terre en l'espace de quelques années une ville toute neuve, on décida d'aménager au moins une élégante promenade qui relierait Pest à la forêt, que l'on projetait de transformer en grand parc de repos et d'attractions.

C'était un projet  extraordinaire étant donné que le but envisagé était encore du domaine de l'hypothèse : relier une Cité encore inexistante à un « Bois de la Ville » lui-même en projet, au moyen d'une avenue qui serait bordée de villas et d'immeubles locatifs et publics imposants, en rapport avec le nouveau rang auquel aspirait la ville.

Ces projets en apparence irréalisables étant donné la situation économique difficile que connaissait le pays dans les années soixante-dix du siècle dernier furent cependant menés à bien en l'espace de vingt ans à peine, ce qui eut pour effet de donner le signal de départ à l'urbanisation dynamique de toute l'agglomération de Pest.

Voyons donc de plus près l'avenue Andrássy de Budapest. Elle naît au centre même de la ville, à la hauteur des boulevards dits intérieurs. C'est uns large avenue bordée de grands immeubles locatifs et administratifs à la façade close bien alignée et d'arbres, qui fait très grande ville. Les édifices, construits dans le style désormais familier de l'éclectisme, présentent surtout des éléments néo-Renaissance, généralement d'un niveau réellement artistique.

Sur la première place que nous rencontrons, deux édifices imposants rompent l'alignement jusque-là continu des immeubles bordant l'avenue. Celui de droite (n° 25 de l'avenue), est un très beau bâtiment orné de motifs inspirés de la Renaissance française, construit en 1883 sur les plans d'Ödön Lechner et de Gyula Pártos, qui abrite l'Institut National de Danse (Állami Balettintézet).


Au numéro 22 de la rue Andrássy vous pourrez admirer l'Opéra de Budapest

Continuons à parcourir l'avenue. On peut voir à droite, au milieu du deuxième pâté de maisons qui suit l'Institut de Danse, une grande librairie (au n° 29), autrefois les Galeries de la Mode (Divatcsarnok), fondées en 1882 sous le nom de Grands Magasins de Paris. Le café se trouvant á l'intérieur de la librairie vaut le détour, rien que pour admirer la magnifique salle décorée par le célèbre peintre hongrois, Károly Lotz qui a également décoré la salle d'attente de la Gare Keleti. L'aspect actuel du bâtiment est le résultat des transformations effectuées en 1909 selon les plans de Gusztáv Petschacher.

Deux petites places coupent ensuite l'avenue, chacune avec une statue représentant respectivement le poète Endre Ady et le romancier Mór Jókai . Tous deux furent de très grandes figures de la littérature hongroise, mais ils sont malheureusement très peu connus à l'étranger. La grande place qui s'étend derrière la statue d'Ady est la place Franz Liszt (Liszt Ferenc tér), avec en son milieu une statue représentant le compositeur. Au bout de la place, à gauche, s'élève le bâtiment Sécession de l'Académie de Musique Franz Liszt (Liszt Ferenc Zeneművészeti Főiskola). On y trouve l'une des salles de concerts les plus vastes de Budapest, qui est dotée d'une acoustique remarquable, et la formation musicale qui est dispensée par l'Académie est internationalement réputée.

Après être revenus à l'avenue, nous rencontrons après le pâté de maisons qui fait suite à la place que nous venons de visiter une autre place très vaste de forme octogonale, qui lui a valu son nom d'« Octogone ». Nous sommes à l'intersection de l'avenue Andrássy et des Grands Boulevards, qui constituent la voie circulaire médiane de la capitale, la plus importante, et dans le même temps l'une des artères les plus fréquentées et les plus commerçantes de Budapest.

Après avoir traversé les boulevards, l'avenue Andrássy change d'ailleurs de physionomie. La chaussée y est encadrée de deux rangées d'arbres de chaque côté et de voies parallèles relativement étroites derrière lesquelles s'élèvent les immeubles qui la bordent. De ce fait, toute l'avenue devient plus aérée, plus ample. Il vaut la peine de s'arrêter un instant au n° 67, construit en 1877/79 sur les plans d'Adolf Láng, en style néo-Renaissance. La façade est ornée d'un buste en relief de Franz Liszt (1811-1886). 

Au n n° 60 on trouve la Maison de la Terreur (Terrorháza) musée passionnant consacré à la Hongrie durant la dictature des Croix Fléchées (nazis hongrois) et communiste.

L'immeuble au n° 69, était à l'origine celui de la Galerie d'Art. Il abrite maintenant le célèbre Théâtre de Marionnettes de Budapest (Állami Bábszínház). Juste a côté, au n° 71, l'Ecole des Beaux-Arts (Magyar Képzőművészeti Főiskola). De nos jours encore l'établissement est le foyer le plus important de l'enseignement des Beaux-Arts en Hongrie.

On trouvera du côté gauche de l'avenue, au n° 70, un salon de thé fort agréable, au charme très début de siècle, la Pâtisserie Lukács (Lukács Cukrászda).

Nous arrivons bientôt à une nouvelle place, circulaire cette fois, le Rond-Point Kodály (Kodály Körönd), qui porte le nom de Zoltán Kodály (1882-1967). Le compositeur habitait dans l'immeuble du n° 87-89, qui nous fait face à droite. On peut voir au mur une plaque commémorative. Outre qu'il fut l'un des compositeurs les plus en vue du siècle, Kodály s'acquit aussi des mérites considérables dans le domaine de la recherche sur la musique populaire et de l'enseignement musical. Il conçut la célèbre « méthode Kodály », adoptée dans l'enseignement musical des pays les plus divers, et de nos jours encore, nombreux sont les professeurs de musique et de chant qui viennent faire des stages en Hongrie pour être en mesure de l'appliquer ou de la mieux connaître.

Sur la place, des marroniers centenaires se penchent sur quatre statues représentant des personnages importants des luttes hongroises pour l'indépendance des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles (György Szondi, Miklós Zrinyi, Bálint Balassi et Bottyán le Borgne). 

Après la place, la physionomie de l'avenue change une nouvelle fois. devenant plus naturelle. Les villas en question abritent de nos jours des ambassades, des services et des centres d'accueil diplomatiques, quelques musées et, plus rarement, des appartements. Tout en savourant le charme de ces constructions pleines de légèreté, il vaut la peine de réfléchir un instant à l'ingéniosité avec laquelle les urbanistes d'hier menèrent à bien leur vaste projet, et à la recherche des moyens auxquels ils ont eu recours pour relier la ville au parc du bois. En effet, les trois segments de l'avenue, comme on a pu le voir, constituent une transition en trois étapes entre la construction dense du centre et les espaces verts aérés et boisés du parc, ce qui fait que lorsque le promeneur finit par y parvenir, il est idéalement préparé à l'ambiance nouvelle qui l'attend.

Et c'est ainsi que nous sommes nous-mêmes arrivés à l'orée du Bois de Ville, qui était autrefois un haut lieu des promenades en voiture et des formes peu guindées de la vie mondaine.

A l'époque, tous ceux qui en avaient les moyens et le temps se rendaient régulièrement au Bois, à pied ou en voiture ou, quelques années après son aménagement, en métropolitain. C'est en effet sous le tracé de l'Avenue (l'actuelle avenue Andrássy) que fut construite la première ligne de métro du continent européen (la deuxième après celle de Londres, qui fut la toute première), qui est en usage aujourd'hui encore, avec bien sûr des rames modernes. C'est en 1896 que fut inaugurée cette ligne située très près de la surface, à l'occasion du Millénaire. Alors déjà, cette nouvelle « merveille urbaine » permettait aux voyageurs de parcourir en une dizaine de minutes à peine les 3 695 mètres de la ligne et de passer de la ville au Bois.

 

On trouvera en continuant à gauche le long du boulevard du Parc Zoologique (Állatkerti körút) le bâtiment du Grand Cirque de Budapest (Fővárosi Nagycirkusz) et le Parc d'Attractions (Vidám Park). A droite s'élève un édifice imposant en style éclectique, construit entre 1909 et 1913, celui des Bains Széchenyi (Széchenyi Gyógy- és Strandfürdő), qui comportent un établissement thermal et des piscines d'agrément.