RSS actualités hongroises : L'actualité de la Hongrie en français


Budapest pratique

Vous trouverez ci-dessous une sélection d’articles sur la politique hongroise, l’économie hongroise et la société hongroise. Nous vous mettons également à disposition les principales actualités sportives et culturelles de Hongrie. Nous avons choisi les meilleurs site  d’informations en français et en anglais pour vous présenter ce petit florilège des articles d’informations ayant trait à la Hongrie.

  • Stop au dumping social ! Un point de vue de Slovaquie
    La question des travailleurs détachés oppose traditionnellement nouveaux et anciens membres de l'Union européenne. Pourtant, c'est toute l'Europe qui aurait a gagner à ce que les pays entrés à partir de 2004 puissent sortir du piège des bas salaires. De plus en plus d'entreprises slovaques continuent d'être établies sur les marchés européens, procurant des commissions, signant des contrats, et envoyant leurs employés à l'étranger pour travailler.
  • Sobotka : les entreprises françaises en Tchéquie doivent augmenter les salaires
    Le président français Emmanuel Macron sera en déplacement en Europe centrale et orientale cette semaine, avec en ligne de mire la lutte contre le dumping social. Le Premier ministre tchèque Bohuslav Sobotka compte lui rappeler que les entreprises françaises implantées en Tchéquie doivent elles aussi participer au rattrapage des salaires. Les dirigeants tchèque et slovaque, Bohuslav Sobotka et Robert Fico doivent rencontrer le président français et le Premier ministre autrichien Christian Kern ce mercredi à Salzbourg en Autriche.
  • Nette augmentation du salaire minimum en Tchéquie
    Le gouvernement tchèque emmené par le Premier ministre social-démocrate Bohuslav Sobotka a annoncé lundi une augmentation de 11% du salaire minimum, qui s'établira donc à 12 200 couronnes (467 euros). Dans un contexte de solide croissance économique et de campagne électorale. Les syndicats réclamaient une augmentation de 1 500 couronnes, soit 57 euros. Le patronat se disait, lui, prêt à accepter une hausse de 800 couronnes, soit 31 euros. Les travailleurs tchèques au salaire minimum pourront finalement profiter d'une hausse de leur rémunération de 1 200 couronnes (46 euros) à compter du 1er janvier 2018.
  • Le Mouvement Momentum en pleine crise de croissance
    Le succès limité du festival d’été du Mouvement Momentum, la démission de plusieurs dirigeants au début du mois d’août ainsi que l’abrupte interruption du rapprochement avec le parti LMP suite à « l’affaire Ungár » semblent témoigner d’une certaine crispation au sein du dernier-né des partis politiques hongrois. Le premier été du Mouvement Momentum, fondé officiellement en mars dernier, a été particulièrement agité. L’un des premiers temps forts devait en être le festival du parti, organisé du 22 au 24 juillet.
  • Migrants : les hotspots de Macron, une vieille proposition d’Orbán
    Derrière les discours de façade, d'ouverture en France et de rejet en Hongrie, les positions en matière d'immigration ne sont pas si éloignées qu'il n'y paraît entre Paris et Budapest et plus généralement entre l'Europe centrale et l'Europe de l'Ouest. "L’idée est de créer en Libye des hotspots afin d’éviter aux gens de prendre des risques fous, alors qu’ils ne sont pas tous éligibles à l’asile", déclarait le président français Emmanuel Macron le 27 juillet, en amont d'un discours tenu à Orléans.
  • Le polémiste raciste sera publié aux côtés des grands écrivains hongrois
    La décision d’Imre Kerényi, responsable de la prestigieuse collection Bibliothèque Nationale (Nemzeti Könyvtár), de publier l’une des œuvres du polémiste raciste Zsolt Bayer a suscité l’indignation de plusieurs médias hongrois, qui n’ont pas hésité à tourner en ridicule certains des arguments employés pour justifier cette nomination. Le 9 août dernier, plusieurs médias hongrois de profils aussi variés que Blikk, Magyar Demokrata et 444.hu ont annoncé qu’Imre Kerényi, célèbre homme de théâtre et responsable de la collection Nemzeti Könyvtár (Bibliothèque Nationale), prestigieuse collection dédiée à la littérature, à l’histoire et à la culture hongroises, avait décidé d’inclure dans cette collection l’une des œuvres du très controversé polémiste Zsolt Bayer.
  • Finkelstein, le « marchand de venin », est mort
    Arthur J. Finkelstein, éminence grise de nombreux dirigeants issus des droites dures aux Etats-Unis et à l'étranger, de Ronald Reagan à Viktor Orbán, est décédé. Arthur J. Finkelstein, que l'on savait depuis plusieurs mois très malade, est décédé à l'âge de 72 ans d'un cancer du poumon, a rapporté samedi le "Washington Post". Le nom de ce conseiller politique et lobbyiste est resté inconnu du grand public tout au long de sa carrière. Pourtant, comme l'écrit le même journal américain...
  • Saint Étienne de Hongrie, entre histoire et mémoire
    Premier roi de Hongrie, Étienne Ier dit Saint Étienne mourut le 15 août 1038 et fut canonisé le 20 août 1083. Généralement considéré comme le fondateur de l’état Hongrois, il occupe une place de premier plan dans l’histoire et la mémoire collective hongroises. En Hongrie, le 20 août est officiellement le jour de « la fête commémorative de la fondation de l’état et du fondateur de l’Etat le roi Saint Étienne ». Si cette désignation très institutionnelle et un peu longue ne laisse aucun doute sur l’identité du principal protagoniste de cette fête nationale, il n’est pas inutile de s’arrêter quelques instants sur la date retenue.
  • Série photograhique : Humans of Budapest
    D’une rive à l’autre du Danube, l’équipe de BKL a promené ses objectifs pour capturer un instant de la vie des Budapestois. Cet article a été publié sur la page Facebook du Budapest Kultur Lab, sur laquelle vous pouvez retrouver toutes les productions des étudiants du master 1 de l'Institut de journalisme de Bordeaux-Aquitaine (IJBA), en immersion à Budapest du 8 au 16 mai 2017.
  • Hulala revient le 20 août après un peu de vacances
    Hulala entame aujourd’hui deux semaines de pause estivale. L’équipe de Hulala prend ses quartiers d’été pendant deux semaines. Sauf actualité de première importance, le site ne sera pas alimenté pendant cette période. Hulala fera sa rentrée le 20 août prochain. D’ici là, nous souhaitons un beau mois d’août à tous nos lecteurs, en Europe centrale […]
  • « Holocauste rom » : le difficile travail de mémoire de la République tchèque
    L'Holocauste rom (Porajmos) a longtemps été négligé en République tchèque mais les temps changent. Mercredi dernier, certaines mairies ont fait flotter le drapeau rom sur leur façade et plusieurs événements commémoratif ont été organisés en souvenir de la Zigeunernacht. À Prague, plusieurs cérémonies de levée de drapeau ont été organisées mercredi par certaines mairies d'arrondissement et des églises en mémoire de la Zigeunernacht, la nuit du 2 au 3 août 1944 durant laquelle les Nazis avaient décidé la liquidation du "camps des Tziganes" à Auschwitz-Birkenau.
  • Les journaux régionaux hongrois dans les mains des proches de Viktor Orbán
    L’achat du groupe de presse Lapcom par Andy Vajna et celui du groupe de presse Russmedia par Heinrich Pecina, l’homme de paille de Lőrinc Mészáros, place l’ensemble des journaux régionaux hongrois entre les mains des proches de Viktor Orbán, ce qui constitue une nouvelle atteinte à la pluralité de la presse en Hongrie. Ainsi que […]
  • Ozora, la Mecque des rendez-vous psytrance
    Le mythique festival Ozora débute aujourd’hui-même. Des milliers de fans de musique psychédélique de Hongrie, de France et d’ailleurs, sont attendus dans ce très haut-lieu européen de la culture psytrance, au milieu de la puszta hongroise. Voici ce que Hulala en disait en 2009, lors de la 10e édition de ce festival. Ndlr : ce […]
  • Le chat le plus célèbre de Pologne
    « Le chat du président a solidement tenu tête aux partisans de l'opposition ». Telle est le genre d’informations que rapporte la chaîne TVP Info, dans la Pologne de Jarosław Kaczyński où la caricature et la réalité se croisent souvent. Ces dernières semaines, alors que des dizaines de milliers de Polonais formaient dans tout le pays des « chaînes de lumière » autour des tribunaux en signe de défense de l'indépendance de la magistrature, les téléspectateurs de la chaîne d'information en continu TVP Info, contrôlée par le gouvernement, se sont fait servir une toute autre narration des événements.
  • Les poloïstes hongrois passent tout près de leur rêve d’or mondial
    Les poloïstes hongrois ont réalisé une phase de groupe convaincante avec deux victoires contre la France et l’Australie et un match nul contre l’Italie. Finissant à la première place de leur groupe, ils se sont qualifiés directement pour les quarts de finale. Opposée à la Russie mardi 25, la sélection magyare s’est imposée avec autorité sur le score de 14 à 5 avant de battre la Grèce en demi-finale Jeudi 27 par 7 buts à 5. Disputée le samedi soir, la finale tant attendue opposait l’équipe de Hongrie au voisin croate, vice-champion du monde en titre et médaillé d’argent aux Jeux Olympiques.
  • Izrael továbbra sem lehet a frankofónia tagja

    A közel-keleti országban legalább 300 ezer frankofón él.

  • Kaczyński épinglé par la caricature
    Après que la président polonais Andrzej Duda a annoncé lundi opposer son veto à deux des trois lois controversées de réforme de la justice, commentateurs politiques et manifestants ont salué cette décision en reprenant le bon mot popularisé par un site d'actualités satiriques : « Adrian est devenu Andrzej ». Adrian, c'est le surnom dont a hérité l'alter ego du président Andrzej Duda dans la web-série « L'Oreille du président », suivie par des millions de personnes depuis son lancement en janvier. Le titre fait cependant référence à un autre président, Jarosław Kaczyński, chef du parti ultra-conservateur PiS au pouvoir en Pologne depuis 2015.
  • Photographie un immigré : le site internet qui créé la controverse en Tchéquie
    Le site internet « Vyfot’ imigranta » encourage les internautes en Tchéquie à photographier et mettre en ligne les photos de supposés immigrants illégaux. Après avoir suscité une vive controverse, le site a récemment disparu de la Toile. L’incident est un signe de plus des tensions xénophobes qui travaillent le pays. Le site interpelle d’emblée l’internaute : « Avez-vous vu dans votre coin des individus ou des groupes qui n’ont décidément pas l’air de touristes venant d’Afrique ou de pays qui se distinguent par le sable et le soleil ? Vous ne savez pas à qui adresser vos craintes ? Ici, vous pouvez envoyer informations et photographies sur de possibles immigrants illégaux. »
  • Ruin Pubs à Budapest : quand le tourisme s’en mêle
    Le Szimpla Kert est devenu au fil des années un lieu incontournable de la capitale hongroise, allant jusqu’à s’inscrire dans le top 10 des lieux à Budapest.
  • Hogyan győzzük meg a magyar cégeket?

    Egyre több francia akar szerencsét próbálni Budapesten.

  • Démocratie « illibérale » : après la Hongrie et la Pologne, la Tchéquie ?
    Avec l'ombre de l'ANO d'Andrej Babiš qui plane sur la vie politique, le journaliste tchèque Martin Ehl estime que la Tchéquie n'est pas à l'abri d'une expérience "illibérale" telle qu'on l'observe en Pologne et en Hongrie. La frontière du possible s’étend en politique en Europe Centrale. Le parti au pouvoir en Pologne change la façon de nommer les juges afin que le Ministère de la Justice les ait sous son contrôle absolu. Et il veut complètement changer le Tribunal Constitutionnel, le dernier organe de contrôle sur lequel le parti n’a pas d’influence.
  • Le président polonais Duda va exercer son droit de veto
    Andrzej Duda a annoncé ce lundi matin son intention d'exercer son droit de veto sur deux des trois lois qui doivent réformer le système judiciaire en Pologne. Le président polonais va ainsi opposer son veto à une loi sur la Cour suprême et une loi qui modifie le statut du Conseil national de la magistrature. La première loi place la Cour suprême sous le contrôle du ministre de la Justice et prévoit de réduire le nombre de juges de la Cour suprême de 87 à 43.
  • La jeunesse polonaise se mobilise pour défendre la Justice
    Depuis une dizaine de jours, les Polonais se mobilisent contre la réforme de la justice commencée par le PiS, le parti populiste au pouvoir depuis 2015. La journaliste Aleksandra Eriksson, qui a passé quelques jours à Varsovie pour EUobserver, raconte les manifestations. Imagine, de John Lennon, retentit dans la nuit de ce dimanche 23 juillet, devant la Cour Suprême de Pologne, alors que les gens commencent à rentrer chez eux, après avoir participé à une autre manifestation pour défendre la démocratie et l’indépendance de la justice.
  • A Băile Tușnad, Viktor Orbán se rêve en sauveur d’une Hongrie assiégée
    A moins d'un an des élections législatives hongroises, Viktor Orbán a choisi l'Université d'été Tusványos à Băile Tușnad pour tenir son premier meeting. Devant une foule de sympathisants, il a placé la campagne à venir sous les auspices de l'avenir de l'Europe, en radotant contre l'immigration musulmane et "l'empire Soros". Comme à la maison. C'est la petite station thermale de Băile Tușnad - en Roumanie - que Viktor Orbán a choisi pour donner son premier meeting de campagne, à l'occasion de la conférence plénière de l'Université d'été Tusványos, qui rassemble chaque été des milliers de participants, la plupart issus de la minorité magyarophone de Transylvanie. A moins d'un an des élections législatives hongroises, le Premier ministre sortant a conféré au scrutin un enjeu européen : celui de la lutte de l'Union européenne contre "l'empire Soros" et le rétablissement de la souveraineté des États-nations. "Un pays fort", tel est le slogan sous lequel le candidat du Fidesz affrontera ses concurrents au printemps prochain.
  • Comment les réactionnaires polonais remettent en cause la séparation des pouvoirs
    Dans la nuit de vendredi à samedi, malgré les manifestations devant le Parlement, à Varsovie en Pologne, le sénat a voté une loi qui met fin au mandat des juges de la Cour Suprême et de les remplacer sur nomination de l'exécutif. Deux autres lois ont été votées en juillet : pour permettre au ministre de la Justice de nommer les présidents des tribunaux de droit commun et pour révoquer les membres du Conseil de la Magistrature et les faire nommer par le Parlement. De fait, le pouvoir exécutif prend le contrôle du pouvoir judiciaire, dont l'indépendance garantit la démocratie.
  • Raz-de-marée français au lac Balaton
    L’équipe de France de natation en eau libre s’est brillamment illustrée lors des épreuves du championnat du monde disputées au lac Balaton, plus précisément dans la station balnéaire de Balatonfüred. Avec quatre médailles d’or, une d’argent et une de bronze, les nageurs français finissent en tête du tableau des médailles dans cette discipline.
  • Pologne : le PiS poursuit sa conquête de l’État
    Menace sur la Justice et l’état de droit en Pologne. Le parti conservateur Droit et Justice (PiS) tente d’achever de mettre le système judiciaire sous sa coupe. Des citoyens manifestent depuis plusieurs jours contre la remise en cause de la séparation des pouvoirs. Après avoir paralysé le Tribunal Constitutionnel, le parti Droit et Justice s’en prend à nouveau au système judiciaire. La diète polonaise a accepté le 12 juillet les projets de lois sur le Conseil National de Juridiction et sur le régime des tribunaux de droit commun. Chaque réforme augmente considérablement les prérogatives du ministre de la Justice, Zbigniew Ziobro.
  • Le populisme attaque le système judiciaire en Pologne, sous couvert d’anti-communisme
    En Hongrie, le Premier ministre, Viktor Orban, disposait en 2011 de la majorité parlementaire pour modifier la «Loi Fondamentale», la constitution hongroise. En Pologne, son collègue autoritaire Jarosław Kaczyński, lui, n’a pas de majorité suffisante pour changer la Constitution. Ce qui ne l’empêche pas de modifier le système politique selon ses désirs. Depuis que le parti conservateur Droit et Justice est arrivé au pouvoir, remportant la présidentielle et les législatives en 2015, il a considérablement étendu sa capacité à changer le pays en fonction de la vision illibérale de son chef, Jarosław Kaczyński.
  • Emmanuel Macron pourrait venir en Hongrie cette année
    Selon des informations de plusieurs médias hongrois confirmées par l'Ambassade de France en Hongrie, le président français Emmanuel Macron pourrait se rendre en visite à Budapest pour rencontrer Viktor Orbán et le Groupe de Visegrád. « Nous travaillions à ce qu’une visite présidentielle puisse avoir lieu en Hongrie d’ici la fin de l’année », a annoncé l'ambassadeur de France en Hongrie, Eric Fournier, à l'occasion de la réception du 14 juillet.
  • Viktor Orbán : « La Hongrie a commis un crime en collaborant avec les Nazis »
    Lors d'une conférence de presse commune avec son homologue israélien Benyamin Netanyahou, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán s'est posé en garant de la défense de la nation mais aussi en opposant farouche à l'antisémitisme. "Il est de notoriété publique que nous avons une histoire difficile derrière nous. Le gouvernement de la Hongrie a fait une faute, a commis de […]
  • Les meilleurs bacheliers hongrois tentés de poursuivre leurs études à l’étranger
    Environ 10% des meilleurs bacheliers hongrois se sont inscrits ou comptent s'inscrire dans un établissement étranger pour poursuivre leurs études supérieures à la rentrée prochaine. L'enquête menée auprès des départements de Budapest, Pest et Győr-Moson-Sopron permet de mesurer l'ampleur de la fuite des cerveaux. Selon l'Institut de recherche en économie et entrepreneuriat de la Chambre de […]
  • Edito

    » Représenter l’irreprésentable «

    Quand la chronique du cinéma est à la une

    Chères lectrices, chers lecteurs,

    Cette année, la grande révélation au Festival de Cannes - c'était un film hongrois, Le Fils de Saul, le film de László Nemes qui a remporté  le Grand Prix du Festival ainsi que le prestigieux prix FIPRESCI des critiques de cinéma.

    Le film représente un chapitre mal connu de l’horreur des camps de concentration – et cela par un approche unique dans la représentation de l’Holocauste au cinéma. C’est un jeune réalisateur qui a passé la moitié de sa vie en France, mais retourne en Hongrie pour raconter l’extermination des Juifs Hongrois, dans un nouveau langage cinématographique elliptique et centré sur les visages.

    en lire plus

  • « Orbán et Netanyahou construisent ensemble les murs de la haine » (Amnesty International)
    « Orbán et Netanyahou construisent ensemble les murs de la haine ». Ce message mis en image par Amnesty International accompagne un communiqué de presse publié aujourd’hui par les sections hongroise et israélienne d’Amnesty International alors que le Premier ministre de l’État hébreux vient d’entamer son séjour de trois jours à Budapest. « Alors que Benyamin Netanyahou et Viktor Orbán, […]
  • La relation Homme/technologie en question aux Abattoirs de Toulouse, œuvres hongroises incluses

    À l'occasion de l'expositionSuspended Animation, À corps perdu dans l'espace numérique, les Abattoirs, lieu emblématique de la vie culturelle toulousaine, hébergent jusqu'au 26 novembre 2017 des créations aux supports divers. Plusieurs travaux d'artistes magyars sont accrochés sur les murs du musée. Questionnant le postulat antithétique d'une « réalité virtuelle »,Suspended Animation contraint ses spectateurs à faire face aux absurdités des nouvelles technologies.

    en lire plus

  • 16-17 juillet 1942, sinistre anniversaire: la rafle du Vél d’Hiv (1)

    Les 16 et 17 juillet 1942, plus de 13 000 Juifs de France, dont 4 000 enfants, furent envoyés dans les camps de la mort. Des Juifs arrêtés à Paris non par des soldats allemands, mais bel et bien par leurs compatriotes, des policiers français (la tristement célèbre rafle duVél d'Hiv). Une honte qui sera difficile, voire impossible à laver totalement. Probablement l’un des pires épisodes de notre Histoire.

    en lire plus

  • Hongrie : le gouvernement annonce le retour de la seconde moitié du trésor de Seuso
    L’annonce faite par le Premier ministre Viktor Orbán et le directeur du musée des Beaux-Arts de Budapest László Baán de la réacquisition par la Hongrie de la seconde moitié du "Trésor de Seuso" constitue à la fois un succès de prestige pour le gouvernement hongrois et la fin d’un long feuilleton archéologique, politique et judiciaire. […]
  • Benyamin Netanyahou à Budapest pour une visite de trois jours
    Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou est arrivé aujourd'hui en fin d'après-midi à l'aéroport de Budapest. C'est la première visite officielle d'un dirigeant de l'État hébreux en Hongrie depuis 1989. Benyamin Netanyahou vient d'arriver à Budapest après avoir assisté à la commémoration de la rafle du Vél d'Hiv à Paris. Le Premier ministre israélien entame une visite […]
  • Zsolt Bayer plaide pour une sortie de la Hongrie de l’Union européenne
    Proche du pouvoir, le chroniqueur Zsolt Bayer a déclaré la semaine dernière que la Hongrie devait quitter l'Union européenne si celle-ci poursuivait sa politique migratoire. Pour le parti d'opposition DK, cette prise de position est révélatrice de la véritable ligne politique du Fidesz. "Si l'Union européenne poursuit sur la même route, il faut en sortir, il […]
  • Soha többé Vél d'Hiv !

    Emmanuel Macron és Benjamin Netanjahu izraeli miniszterlenök megemlékezett a Vél d'Hiv razziáról.

  • Championnats du monde de natation : les Hongrois prêts à briller à domicile
    Les Championnats du monde de natation (Fina) débutent aujourd’hui à Budapest. Les athlètes hongrois espèrent briller à domicile. J-1 avant le début des épreuves de la 17e édition des championnats du monde de natation (Fina). Au total, près de 2 500 athlètes issus de 190 pays vont s’affronter dans les bassins de Budapest et de Balatonfüred, […]
  • Francia nemzeti ünnep: miért pont július 14-én?

    Amikor a franciák ünneplik a „Quatorze Juillet”-t, a Bastille bevétele jut eszükbe.

     

  • La Commission européenne adresse un double ultimatum à la Hongrie
    La Commission européenne tombe à bras raccourcis sur la Hongrie au moment où une campagne de diffamation contre George Soros provoque un tollé. Budapest dispose de 30 jours pour retoquer ses deux lois controversées touchant les ONG et l'Université d'Europe centrale. Est-ce une réponse à la brutale campagne s'en prenant à George Soros ? La Commission européenne a ouvert ce jeudi une procédure d'infraction à l'encontre de la Hongrie, jugeant que loi hongroise relative aux ONG bénéficiant de capitaux étrangers n'est "pas conforme au droit de l'UE".
  • Europe, droits de l’homme et démocratie

     

    Au terme de son mandat de député et de rapporteur de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe sur l’application des arrêts de la Cour européenne des droits de l’homme, Pierre-Yves Le Borgn’ a présenté devant les parlementaires des 47 pays membres le fruit de deux ans de travail. Un rapport qui démontre toute la complexité du fonctionnement concret du système de protection instauré sur la base de la Convention européenne des droits de l’homme. Nous avons voulu évoquer avec lui la cause des droits et libertés et les situations particulières, comme celle de la Hongrie, qui perduraient malgré les protestations les plus vives.

    JFB : Votre rapport est le neuvième en une vingtaine d’années. Comment percevez-vous l’évolution de l’application des arrêts de la CEDH sur cette période ? Assiste-t-on à une dégradation de l’autorité de la Cour ?

    Pierre-Yves Le Borgn’ :Il est avant tout important de préciser que la grande majorité des arrêts de la CEDH sont appliqués par les Etats concernés. Tous ne donnent pas lieu à des batailles au sein du Comité des Ministres, Dieu merci.

    en lire plus

  • Le temps ne serait-il pas venu d’une ouverture à l’Ouest ?
    Le président égyptien al-Sissi s’est rendu à Budapest au début du mois de juillet et a assisté à une rencontre du Groupe de Visegrád. L’occasion pour le journal de droite « Héti Válasz » de constater l'échec de la doctrine d’« ouverture vers l’Est » prônée par le Fidesz. Lors de la visite du président égyptien al-Sissi, il a été question du développement des échanges économiques. Le poids de nos relations commerciales avec le Sud et l'Est s'est à peine accru. D’autre part, il n'y a pas pour l'essentiel de rencontres bilatérales avec les dirigeants occidentaux qui commercent le plus avec nous dans l'Union européenne.
  • Quand George Orwell disparaît de la Bibliothèque Numérique Hongroise
    La suppression des romans de George Orwell “1984” et “La ferme des animaux” du site de la Bibliothèque Numérique Hongroise, officiellement pour non-respect du droit d’auteur, intervient juste après que des opposants à la politique du Fidesz aient fait référence à ces deux ouvrages pour critiquer la dernière campagne d’affichage du parti gouvernemental. Mercredi dernier, le site d’informations de l’hebdomadaire HVG et le pure-player 444.hu ont rapporté que les deux romans de George Orwell “1984” et “La ferme des animaux” ne sont plus disponibles sur le site de la Bibliothèque Numérique Hongroise qui dépend de la Bibliothèque Nationale.
  • « Netanyahou ne doit pas se rendre en Hongrie ! »
    Le soutien reçu par Viktor Orbán du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a été froidement reçu par les Hongrois d'origine juive ainsi que par les Juifs magyarophones d'Israël. En cause : la récente sortie fracassante du chef du gouvernement hongrois sur Miklós Horthy ainsi que la campagne gouvernementale anti-George Soros. Benyamin Netanyahou devrait se rendre à Budapest la semaine prochaine. Tribune publiée le 9 juillet 2017 dans Izrael Infó sous le titre "Netanjahu ne menjen Magyarországra!". Traduite du hongrois par Ludovic Lepeltier-Kutasi. "Andor Nagy, ambassadeur de Hongrie à Tel Aviv, a été convoqué par le ministère israélien des affaires étrangères... Le sous-directeur en charge des affaires européennes du ministère a exprimé sa profonde inquiétude devant les incidents et déclarations antisémites, et évoqué de sérieux doutes au sujet de la capacité de la Hongrie à faire face courageusement à son passé... Le ministère a considéré comme des signes inquiétants les tentatives de réécriture de l'histoire de l'Holocauste ainsi que du rôle joué par le dirigeant hongrois Miklós Horthy, tout autant que des éléments montrant un certain laisser-aller gouvernemental face aux phénomènes antisémites... Nous citerons par exemple la manifestation organisée en (...) durant laquelle a été évoquée le soutien de l'exécutif à la réécriture de l'histoire, notamment la question de la collaboration entre Horthy et les nazis".
  • Le Groupe de Visegrád a du plomb dans l’aile, selon le chancelier autrichien
    L'unité du Groupe de Visegrád (V4) est en train de se fissurer, veut croire le chancelier autrichien social-démocrate Christian Kern, dans une interview publiée jeudi dernier dans le journal allemand Handelsblatt. Le chancelier autrichien se range aux côtés de ceux qui considèrent que la Hongrie et la Pologne ne font pas preuve de solidarité avec les autre membres de l'Union européenne sur la gestion de l'immigration. Christian Kern préconise la réduction des aides européennes à ces deux pays, le "seul moyen possible d'exercer une pression", selon lui.
  • Benyamin Netanyahou soutient le gouvernement hongrois contre George Soros
    Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou soutient la campagne du gouvernement de Viktor Orbán contre le milliardaire et philanthrope américano-hongrois George Soros. Ce malgré l'émoi de la communauté juive de Hongrie. "Ne laissons pas George Soros rire à la fin". Tel est le message ad hominem qui envahit depuis quelques semaines les espaces publics de Budapest et du reste du pays. En lettres blanches sur fond bleu, ces affiches collent parfaitement à la charte graphique du gouvernement, lequel est bien le commanditaire de cette campagne particulièrement agressive contre le milliardaire américain d'origine juive hongroise.
  • Sándor Erdei et le combat de la caricature hongroise

    Le centenaire du caricaturiste hongrois Sándor Erdei fut célébré à la Maison de la Presse autour d’une exposition de son œuvre. Cet événement est l’occasion de se pencher sur la situation de la caricature dans le pays, sa présence, son impact et sa liberté.

    Lire entre les lignes

    Le talent de dessinateur de Sándor Erdei se révèle très tôt. Né en 1917, il réalise ses premières caricatures à l’âge de 15 ans et gagne de l’argent en vendant ses créations dans son village. Son éducation artistique commence aux Beaux-Arts de Belgrade, où il est l’élève d’un des plus grands peintres de la Yougoslavie, Petar Dobrović, de 1937 à 1940. Puis ce sera les Beaux-Arts de Budapest en 1941, sous la tutelle du peintre István Boldizsár, où il consolidera sa technique. Sa carrière est lancée à la fin des années quarante, lorsque le journal Grimasz publie ses premières caricatures. Il travaille ensuite pour le quotidien Szabad Nép, puis pour l’hebdomadaire littéraire et culturel Élet és Irodalom.

    en lire plus

  • Lakáskiadás - Párizs szigorítana

    Aki az Airbnb-n akarja kiadni a lakását, októbertől regisztrálnia kell magát.